(Encore) un Matin

Publié le 30 Avril 2017

En me réveillant ce matin, je me suis dit que j’allais faire un petit billet sur mon blog, et puis après avoir ranger un peu l’appart j’avais perdu l’idée de base, enfin le sujet quoi.

Une chose est sûre je ne vous parlerai pas du malaise des élections, non pas que je sois contre ou pour l’une des deux « personnes ». Mais tout simplement que cette mascarade de processus démocratique ne m’importe plus.

Ne vous détrompez pas, j’ai estimé que le droit de vote était avant tout un devoir pendant 14 ans, aujourd’hui j’en doute. C’est marrant quand même presque 50 millions de personnes qui veulent du changement, mais qui préfère le confier à un petit groupe de personnes.

(Enfin mon sujet me revient) « changer » voilà ce qui m’a animé ce matin, changer au fond de moi puisque le monde ne changera pas selon ma volonté.

Depuis 3 semaines j’ai décidé de ne plus faire mes courses dans les grandes enseignes, je vais chez mon primeur et mon épicier. Vous dire que cela me fait du bien, je ne le sais pas encore, mais prendre le temps de cuisiner des produits de qualité, ça oui. Quel Plaisir.

Le changement commence par ces petites choses, ces décisions apparemment insignifiantes que nous prenons de façon consciente.

Le chemin est long, pour trouver l’équilibre et il me reste quelques « problématiques » à résoudre.

C’est ainsi que commence ma journée, faire les choses pour moi, me préserver de ce qui me fait du mal.

Dans ces moments difficiles je repense à cette vieille légende indoue sur la part divine de l’homme :

Une vieille légende hindoue raconte qu'il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.

 

Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci :

— Enterrons la divinité de l'homme dans la terre.

Mais Brahma répondit :

— Non, cela ne suffit pas, car l'homme creusera et la trouvera.

Alors les dieux répliquèrent :

— Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans.

Mais Brahma répondit à nouveau :

— Non, car tôt ou tard, l'homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu'un jour, il la trouvera et la remontera à la surface.

Alors les dieux mineurs conclurent :

— Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d'endroit que l'homme ne puisse atteindre un jour.

Alors Brahma dit :

— Voici ce que nous ferons de la divinité de l'homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c'est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher.

Depuis ce temps-là, conclut la légende, l'homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

Puis je passe au « mantra » de la peur de Dune de Franck HERBERT.

I must not fear. Fear is the mind-killer. Fear is the little-death that brings total obliteration. I will face my fear. I will permit it to pass over me and through me. And when it has gone past I will turn the inner eye to see its path. Where the fear has gone there will be nothing. Only I will remain.

Je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l'esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l'oblitération totale. J'affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu'elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n'y aura plus rien. Rien que moi.

Passer au-delà de ses peurs et trouver le divin en nous, chaque jour j’essaye que mes simples actions soit un chemin vers la paix et la sérénité.

Rollon, Russel, Le receleur

Rédigé par Le Receleur

Publié dans #Pensées, #matin, #Monde;, #Do It Yourself, #Partage

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article