Refaire le monde en changeant de coupe.

Publié le 18 Octobre 2016

Lors de mon passage chez le coiffeur, nous avons encore refait le monde. Oui j’ai la chance d’avoir un coiffeur fan de rock de cinéma de science-fiction, mais aussi de psychologie et de beaucoup d’autres choses. Du coup à chaque fois on refait le monde dans les grandes largeurs ou sur de menu petits détails.

Bien évidemment cela change du cliché classique du coiffeur qui vous parle de tout et de rien. Le seul inconvénient c’est de ne pas toujours pouvoir se comprendre quand la tondeuse est en marche.

Mais passons, ce n’est qu’un modeste inconvénient dans un moment de partage peu commun. Dans un monde qui ne va pas très bien disons-le, ou les pouvoirs cherchent plus à nous diviser qu’à recréer une fraternité entre tous les hommes.

Alors même si nous nous posons des questions sur la qualité et la véracité des informations qui nous sont transmises par les médias, nous ne tombons que rarement dans « la théorie du complot » mais nous nous posons la question.

Aujourd’hui nous sommes arrivé à nous demander si l’humanité, le respect de chaque être étaient encore présent dans notre société. Si les valeurs que la société véhicule sont réellement un progrès ?

Et c’est grande question : y’a-t-il encore espoir ? Espoir d’une humanité sans conflits, qui respecterait ses différences, qui prendrait conscience que le seul vaisseau qui nous permet d’exister dans l’univers est notre planète. Et que nous sommes en train de la saccager depuis de nombreuses années, au nom de l’argent, du pouvoir, de l’exploration et de nombreuses autres raisons fallacieuses.

La nature pourtant nous rappelle que nous ne sommes pas grand-chose, elle le fait à coup de ce que nous appelons catastrophes naturelles, de disparitions d’espèces animales et végétales. Cela nous semble parfois si lointain.

Tant que nos magasins nous apporterons de quoi manger, tant que nos besoin primaires seront contentés rien ne changera. Les abeilles disparaissent à cause de nos pesticides, les déserts s’agrandissent, la chaine alimentaire et les écosystèmes se déséquilibrent.

Certes c’est souvent au bord du gouffre que l’humanité se décide à changer, pour reprendre « le jour ou la terre s’arrêta ». Mais arriver au bord du gouffre aura de nombreuses conséquences : exode, morts, disparition de villes etc.

Certes nous n’avons pas besoin de la nature pour entretuer, mais n’est-il pas temps de se nous remettre à notre place.

Le changement commence au fond de nous. Alors oui je ne suis pas un exemple, je ne vis pas dans les montagnes à  minimiser mon empreintes sur cette planète. Je ne suis qu’un type derrière son clavier qui pose des questions. Mais avant de regarder ce que font les autres pour se trouver des excuses, regardons au fond de nous.

Soyons le meilleur de nous-même, soyons bienveillant

Rédigé par Le Receleur

Publié dans #Pensées, #Monde;, #Partage

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article