Accepter le vide

Publié le 12 Janvier 2016

Je vous livre 24 heures aprés sa parution sur le site des déphasés mon article sur l'exoconférence. qui, au dela de son aspect ludique, m'a fait avancer sur le chemin de la vie

J’aimerais vous parler de l’Exoconférence d’Alexandre Astier. C’est un spectacle ludique, réaliste, quelque peu humoristique, poétique et surtout pédagogique. C’est aussi un spectacle rempli de références aux univers de science-fiction. Mais comment passe-t-on du roi Arthur à un spectacle sur la question de la vie extraterrestre ?

Alors je ne vais pas mettre beaucoup d’images, et cela pour des raisons de droit d’auteur principalement.

Eh bien en étant Alexandre Astier ! (Et non je ne le vénère pas) Je reprends ses dires lors d’une intervention à propos de l’Exoconférence.

Monsieur Astier, Alexandre, Arthur, Jean Sébastien BACH, disait : « je veux être là où l’on ne m’attend pas ». Eh bien cher monsieur Astier, je dois vous dire que vous avez relevé le défi avec brio.

Je n’ai pas envie de vous spoiler, de vous influencer, de vous quoi que ce soit, alors avant toute chose je vous conseille, je vous intime, je vous recommande très fortement de voir l’Exoconférence et ses bonus en dvd ou de la voir sur scène - c’est encore mieux. Vous pouvez aussi regarder sur YouTube « la folle histoire de l’Exoconférence » de la très appréciable Florence PORCEL. https://youtu.be/isY82PUvYNM

Voir tout ça vous permettra de mesurer l’essence de ce spectacle, de voir tout le travail effectué et les personnes qui y ont participé. Et surtout, d’avoir tous les éléments pour vous faire un avis sur ce spectacle.

Alors à ce stade de l’article, je ne vais pas vous donner mon avis, je vais d’abord apporter un contexte de connaissances qui m’ont amenées à découvrir ce spectacle.

L’Exoconférence

Si vous avez lu mes autres articles (si ce n’est pas le cas courez vite le faire) vous savez déjà que je m’intéresse beaucoup aux sciences et en particulier à l’espace. La question de la vie en dehors de la terre n’est plus une question pour moi, pour reprendre Carl SAGAN regardant l’immensité de l’univers disait simplement « si nous sommes les seuls, alors c’est un beau gâchis d’univers ».

L’Exoconférence aborde en l’état actuel de nos connaissances scientifiques, les contraintes de voyages spatiaux sur des longues distances, que ce soit en termes de survie, de communication, ou bien de propulsion. Ces problématiques ont l’avantage de suffisamment être simplifiées pour être comprises de tous.

Son interprète se veut aussi pragmatique et objectif, les théories du complot n’ont pas leurs places et sont simplement démontés par des explications simples, ou par simple manque de preuve.

Tout au long de ce spectacle, l’auteur nous explique, qu’il n’y a pas de réponse en l’état actuel de nos connaissances, que l’humanité est en permanence confronté à un vide de réponse. Et que ce vide ne doit pas être comblé par quoi que ce que ce soit.

Alors je vous rassure, même sans aucune connaissance sur l’espace il est possible d’apprécier ce spectacle. Il est truffé de références de toutes sortes, je n’ai sûrement pas tout vu.

Mais que dire sans vous décrire ce spectacle…

Ce spectacle est tout d’abord une histoire, celle de notre existence et de sa mise en perspective. C’est l’histoire de nos avancées spatiales, et de nos tentatives de communiquer avec d’autres formes de vie.

Il n’est pas toujours drôle, il est pragmatique. Alors ne vous attendez pas à rire à chaque minute, ce n’est pas un humoriste sur scène, c’est un pédagogue, parfois cynique, un peu moqueur mais de lui-même avant tout.

Une introduction du big bang à la terre :

Un pot de popcorn à la main, Alexandre Astier nous accueille tout en dansant, dans un costume 3 pièces impeccable. Et tout de suite, le big bang est remis à sa place « le big bang n’est pas une explosion » n’en déplaise à Michael Bay et aux chaines sensation découverte.

Toute de suite nous sommes devant un vide gigantisme puisque les 300 000 premières années de notre univers ne sont pas observables.

Un calculateur, qui vient d’être mis à jour, avec une voix de femme. Et le calculateur galère, à cause de la mise à jour, n’y voyez pas une quelconque forme de mysoginie.

Notre point de vue : ou la cosmogonie

C’est assez drôle de voir tous les modèles imaginés par l’humanité, en fonction de ce que nous voyons et de ce nous ne voyons pas. Comme quoi certaines vérités auxquelles nous tenons dépendent avant tout de notre propre point de vue. Eh oui, ce spectacle est aussi philosophique.

Ce qui nous amène à Ptolémée et au premier nom des constellations jusqu’aux au dernier nom que nous donnons aujourd’hui aux galaxies les plus lointaines comme UDFJ-39546284.

La voute céleste des grecs, le monde posé sur une tortue des hindouistes, la création de l’univers en 6 jours et un de repos.

Kenneth Arnold

Le pilote à la rechercher du pilote disparu ou l’origine des « flying saucer » qui engendrera une nouvelle mythologie, celles des Aliens ou extraterrestres. Comme quoi la guerre de l’information et la déformation des infos.

Vient ensuite la recherche de l’origine et la vision du monde. On a l’impression de voir la vision du monde de bob sylvestre des guignols.

La mise en scène de cette recherche est une belle appréciation de l’ambiance de la guerre froide. Et là le calculateur fait des siennes encore.

C’est ainsi que le thème principal du spectacle est introduit et sur ces interprétations possibles. J’apprécie d’autant la référence à ma chère Normandie et au brie de Meaux.

Enrico Fermi

Sa discussion avec Herbert (Von Braun) dans un bar mexicain au nouveau Mexique d’un prix Nobel bourré est comment dire ? Désinfectante.

Le paradoxe de Fermi est un principe à prendre en compte, bien sûr ce principe ne repose que sur des hypothèses. Mais celui-ci explique que les extraterrestres sont déjà parmi nous. C’est ainsi que la vie ailleurs a été scientifiquement envisagée.

La théorie de la surveillance galactique nucléaire, ou le CEAI Commissariat à l’Energie Atomique Intergalactique

L’univers serait surveillé par une entité supérieure à nous (technologiquement) pour éviter les catastrophes nucléaires. En cas de problème, il envoie une patrouille pour nous prévenir, rate son créneau et se crash à côté d’une base de l’air force en 1947.

------------------------

Et au fur et à mesure des différents thèmes, les différentes théories et canulars sont mis à mal, voir totalement démontés, et cela avec beaucoup d’humour bien sûr. Et viennent les 5% restants des cas inexpliqués. Astier ne nous donne pas de réponse et nous laisse à notre propre réflexion.

------------------------

La voie lactée a le goût de framboise

Un moment de poésie et de digression, le poème « Stella » de Victor Hugo. Le formiate d’éthyle est responsable du goût de la framboise, c’est une molécule très présente dans notre galaxie, bizarre non ?

Le complot du temps :

Le temps est une convention, le vrai temps est relatif. Vous l’avez compris c’est bien de la relativité que nous parlons et pour illustrer cela, Astier nous parle des jumeaux de Langevin.

Je vous redonne un extrait de mon article sur « Retour vers le futur ». Nous savons qu’en théorie, le temps est relatif, relatif au point de l’espace où il s’écoule. Si je me déplace à une vitesse proche de celle de la lumière ou dans un champ de gravité plus fort ou plus faible, mon temps s’écoulera différemment que celui pour quelqu’un qui est resté sur terre. Bon voilà si vous avez tenu jusque-là, vous venez de comprendre la fameuse « théorie de la relativité » de notre cher Albert. E.

Je ne vais pas tout vous dévoiler, je ne peux que vous pousser à regarder l’Exoconférence et la folle histoire de l’Exoconférence.

Vous retrouverez du Star Wars, des rencontres du troisième type, du roi Arthur et tant de choses.

Mais surtout, l’Exoconférence nous rappelle à quel point nous sommes centrés sur nous-même et qu’il faut nous ouvrir et imaginer au-delà de nos propres perceptions.

------------------------

J’ai beaucoup aimé ce spectacle, mais je ne l’ai pas regardé comme une œuvre humoristique, et j’ai plus apprécié les bonus et les articles qui gravitent autour que le spectacle lui-même. Celui peu semblé un peu creux parfois

Je suis convaincu qu’il y a une vie ailleurs, ce spectacle m’a juste ouvert les yeux sur le fait que le concept de vie est propre à notre vision d’humain. Mais mon opinion diverge sur ce point, je suis sûr qu’il y a une vie ailleurs, Alexandre Astier lui ne sais pas. Et il est plus sage que moi face au vide.

Mais après avoir vu ce spectacle, je ne dirai plus jamais que je suis sûr, mais plutôt que j’espère. C’est pour moi le grand enseignement de l’Exoconférence, de l’écriture de cet article et de toutes mes recherches personnelles et déphasés.

"Nos certitudes, nos croyances, nos théories sont perpétuellement en mouvement et évoluent a chaque instant. Nous devons en tant qu’humain faire de même, et acceptant de ne pas avoir de réponse même si la question est bonne. Et en acceptant de remettre en cause toutes nos certitudes"

Rédigé par Le Receleur

Publié dans #Sciences, #Pensées

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article